Categories

Accueil > L’AMAP pour les nuls > Consom’Acteurs 46 : comment ça marche ? > Principes, historique de Consom’Acteurs 46

27 février 2010
Bertrand Guigaz

Principes, historique de Consom’Acteurs 46

Le groupe Consom’acteurs 46 est né en septembre 2007.

- Pour répondre à des enjeux, à la fois économiques, écologiques, sociaux et humains, nous, citoyens, producteurs et consommateurs, souhaitons nous donner la possibilité de consommer “autrement”, de façon éthique, responsable, des produits de qualité.
- Nous souhaitons dépasser la dimension individuelle et "faire ensemble" pour changer les choses.
- Pour cela, nous nous engageons collectivement pour faire fonctionner une alternative concrète de commercialisation directe, entre producteurs et consommateurs, afin de montrer que d’autres choix sont possibles.
- Au-delà de l’acte de consommation, nous voulons œuvrer ensemble pour un autre modèle de société, en créant du lien social et de la solidarité entre citoyens, et notamment entre producteurs et consommateurs.

Notre action se fonde sur 3 valeurs fondamentales :

  • La citoyenneté Notre volonté est de retrouver de l’autonomie dans nos choix ; cela passe par une exigence de transparence dans l’acte de production, et par une volonté de s’informer et d’informer. Cela afin de pouvoir être acteur pour contribuer à créer de nouvelles relations économiques et sociales par nos choix. La dimension collective de la réflexion et des décisions relève aussi d’une démarche citoyenne.
  • La justice sociale Notre action doit permettre de rémunérer le travail à son juste coût ; elle exclut la spéculation. Nous souhaitons en priorité aider à l’installation de producteurs et leur permettre de vivre de leur métier en restant sur des exploitations à taille humaine. Nous souhaitons que nos actions soient accessibles à toute personne, quel que soit son revenu.
  • L’écologie Nous souhaitons soutenir une agriculture respectueuse de l’environnement (réduction de pesticides, pas de hors sol, pas de serres chauffées...) en consommant au rythme des saisons, limiter les transports par des échanges de proximité, limiter la production de déchets (pas d’emballages).